LA TRIBUNE LIVRADAISE

LA TRIBUNE LIVRADAISE

Le scandale de la piscine de Ste Livrade

 Actualité du 4 Juin 2017

 

IMG_8445.JPG

 

La CAGV a procédé à la sécurisation du site de l'ancienne piscine.


IMG_8447.JPG

 

 


 

 

 

 

 

numérisation0040.jpgLa piscine municipale du temps de sa splendeur

 

 

La piscine de Ste Livrade située avenue Jean Moulin est l'oeuvre du maire Charles de Cacqueray et a été inaugurée au début des années 70 par notre championne olympique de l'époque Christine Caron. Le grand bassin de 50 mètres qui se voulait olympique n'a pu être homologué pour recevoir des compétitions car il lui manquait 1 cm de longueur et les réparations n'ont pas été faites. Qu'à cela ne tienne, la piscine dite olympique a quand même fonctionné pour le plus grand plaisir des Livradais et des gens des environs et a enregistré jusqu' à plus de 1200 entrées payantes certains jours. Suite à une baisse de fréquentation et a un grand manque d'entretien elle a été fermée au public au début des années 90. En 1999 elle a été ravagée par un incendie sans doute d'origine criminelle qui n'a jamais été élucidé.

 

Sous la mandature Pasut, elle devait être réhabilitée et rénovée pour être opérationnelle en 2014 mais la réfection de la piscine de Malbentre lui a été préférée pour  tout de même une dizaine de millions d'euros.

Passée dans le giron de la CAGV depuis quelques années, elle sert aujourd'hui de seconde déchèterie où la communauté d'agglomération autorise des dépôts de gravats en vue de combler les bassins. Le problème réside dans le fait que ces gravats sont constitués de beaucoup de déchets qui ne devraient pas y être: cartons, plastiques, bois, ferraille, panneaux type éverite contenant de l'amiante devant recevoir un traitement spécifique.

 

IMG_8411[1].JPGEntrée béante normalement réservée au passage des camions

 

 

IMG_8399[1].JPGLe grand bassin ....

 

 

Devant cette situation la municipalité a estimé que l'ancienne piscine de Ste Livrade présente un danger pour les personnes par le fait que le site n'est pas sécurisé. Ayant alerté à plusieurs reprises la CAGV en vain à ce jour, elle a fait procédé à un constat d'huissier sur le site les 4 et 11 avril 2017 qui a pu confirmer la nature des différents gravats et constater que les accès au site étaient ouverts en permanence même le week end, qu'il n'y avait aucun panneaux signalant un danger ni d'interdiction de pénétrer.

 

 

IMG_8404[1].JPG... et ses gravats !

 

 

Lors de sa seconde visite du 11 avril à 10h, l'huissier a pu constater la présence de trois collégiens assis sur les gradins du grand bassin qui discutaient en prenant une collation en attendant leur cours de 10h30 et ne savaient pas que c'était interdit de venir sur ce chantier très fréquenté par les élèves entre les cours.

 

IMG_8410[1].JPGL'entrée piétonne grande ouverte !

 

 

 

 

        



13/05/2017
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres